Nouvelle étude: «aucune preuve» d’un lien entre la fracturation hydraulique et la contamination de l’eau

20.02.2012

Tel que mentionné dans le Journal de Montréal ces derniers jours, une nouvelle étude de l’Institut de l’énergie de l’Université du Texas à Austin, «Règlementation fondée sur des faits pour la protection de l’environnement dans le développement du gaz de schiste, » n’a trouvé «aucune preuve» que la fracturation hydraulique conduisait à la contamination des eaux souterraines.

Les auteurs ont noté que les rapports de contamination surviennent parfois en raison de mauvaise cimentation des caissons de puits et lors de déversements au site de forage – des questions qui ne sont pas liées à la fracturation.

La nouvelle étude a été présentée la semaine dernière à Vancouver. Cette étude n’est que le plus récent développement démontrant que la fracturation hydraulique, lorsqu’elle est effectuée selon les normes de sécurité dans un environnement bien réglementé, ne contamine pas les eaux souterraines.

Les auteurs de l’étude ont également déclaré que le développement du gaz naturel est «essentiel à la sécurité énergétique des États-Unis et du monde.»

l’APGQ vous invite à prendre connaissance de cette importante étude en cliquant ici.