La crise Japonaise et le gaz naturel

17.02.2012

L’article de Mari Iwata publié dans l’édition du 13 février 2012 du Wall Street Journal offre un compte-rendu de la situation énergétique japonaise.

La situation énergétique au Japon est en métarmorphose complète depuis les tragiques événements reliés au tremblement de terre survenu en 2011. Ces événements ont causé d’importants dommages collatéraux à l’industrie nucléaire dans le pays: seulement 3 des 54 centrales nucléaires japonaise sont aujourd’hui en opération. Le scénario d’un été 2012 sans énergie nucléaire est évoqué, alors que ce secteur fournit 30% de l’électricité du pays annuellement.

La crise du secteur nucléaire laisse le Japon dans une situation énergétique difficile. Afin de répondre à ces défis, le Japon se tourne de plus en plus vers le gaz naturel, ressource qu’il ne produit qu’en petite quantité, soit moins de 4% du gaz utilisé dans le pays.

L’article du Wall Street Journal souligne que la demande japonaise est en train de relancer à la hausse le marché du gaz naturel. Cette relance est visible sur plusieurs fronts, notamment par l’annonce de gigantesques projets de développement gazier ainsi que par les indicateurs économiques japonais. Seulement en 2011, les importations de gaz ont augmenté de plusieurs milliards de dollars.

Les Japonais ont donc choisi de se tourner vers le gaz naturel pour plusieurs raisons, mais principalement parce que[i]: « Les utilisateurs Japonais considèrent le gaz naturel comme étant plus propre que le charbon, moins dispendieux que le pétrole et plus facilement intégrable que l’énergie solaire et éolien. »

[i] Traduction Libre